L’Echo des golfs

LE SWING DE JEAN-PIERRE SALLAT

TECHNIQUE

par Jean-Pierre Sallat, enseignant au golf de Royan, joueur de l’European Senior Tour.

LE SWING CONNECTé

le bon "timing"

La trêve hivernale peut s’avérer longue suivant les années. N’oubliez pas qu’il vous faudra un certain temps avant de retrouver vos sensations et votre niveau de la saison précédente. Afin d’accélérer le processus, je vous conseille de travailler votre coordination et votre rythme.

Les enseignants parlent souvent de l’importance du “timing“, cet ingrédient magique qui coordonne parfaitement la rotation fluide du corps avec le souple balancier des bras, ce qui apporte une libération facile de la tête de club au moment de l’impact.

Quel que soit votre index, vous avez certainement éprouvé un jour la sensation exaltante d’un “timing“ très pur : sans effort apparent, vous aviez parfaitement tapé la balle. Mais comme toujours, il y a le revers de la médaille. Pour une raison inconnue, votre “timing“ s’est envolé (surtout après une longue trêve). Les bras et le corps fonctionnent chacun pour soi. Les éléments fondamentaux de votre swing se bagarrent, jouer au golf devient une longue lutte, démoralisante.

Les raisons du désordre peuvent être multiples, mais les problèmes apparaissent généralement si les parties supérieures des bras se détachent de la poitrine à mi-chemin de la montée et de la traversée. On le constate facilement en examinant le swing au ralenti. Le bras gauche se sépare du corps et remonte tout seul à la montée, le bras droit fait de même de l’autre côté. Alors, une bonne coordination des bras et du corps pendant l’impact relève du hasard.

Si le swing est un courant musical propre au jazz, pour le golfeur, il caractérise la prise d’élan dans le but d’apporter de l’énergie, à l’aide d’un club, à la balle. Un mouvement qui nécessite l’acquisition de repères fondamentaux.

Les repères d’un bon placement

La balle  : elle se situe au milieu des pieds.
Le club  : il est posé juste derrière la balle, sur son embase, et est tenu à deux mains avec la main gauche en haut (pour un droitier), le pouce aligné sur le repère du club. La main droite est “encastrée“ dans la gauche par un crochetage du petit doigt droit sur l’index gauche.
Position du golfeur : le bassin est éloigné du haut du club de la valeur d’une largeur de main. Le dos est plat, légèrement penché en avant ; en conséquence, la tête est relevée et le bassin en antéversion (fesses sorties). Les bras sont verticaux et relâchés, mais “connectées“ au sternum. Les genoux sont fléchis et les pieds sont écartés de la largeur du bassin. (Photos 1 et 2)

Le swing “connecté“

Les différents segments du corps doivent rester connectés les uns aux autres. Les bras restent très près du corps, c’est le buste qui est le moteur principal du geste et nous l’utilisons via les abdos et les grands dorsaux. Au début du swing (photo 3) :
mains à l’intérieur, face de club à l’extérieur des mains. Au sommet du swing (photo 4) , le club va s´armer puis à la descente, encrage solide sur jambe droite (photos 5, 6, 7) avec des mains qui descendent vers le pied droit avec un club qui “s’arrondit “ pour revenir dans le plan.

Surtout ne pas tracter le club vers la balle avec un club qui est en “retard“ . S’il est en “retard“ on va être obligé de faire intervenir les mains pour frapper la balle. La face du club revient devant les mains et surtout pas derrière. Les hanches s effacent à gauche, ce qui permet de ramener le club sans manipulation des mains et la face du club est square lorsqu’elle frappe la balle, soit un chemin de club intérieur-square-intérieur et une face de club square à l’impact. (photos 8, 9, 10, 11, 12)


L’une des plus grandes difficultés du golf, et qui amène la plus grande irrégularité c’est d’avoir les bras dans la zone d’impact qui se détachent du corps, que ce soit au démarrage du mouvement, à l’impact ou dans n’importe quelle partie du swing.

Si j’ouvre les mains et la face du club en haut du swing, je perds la connexion et je dois opérer des compensations à la descente pour essayer de corriger les résultats de mon erreur.
Le swing connecté fonctionne d’un seul bloc, sans élément relâché et pourtant libre de fonctionner. Il influence distance et direction.

Top