L’Echo des golfs

L’EDITO

Le golf, une discipline en crise ? Ça fera sourire tous ceux encore encombrés par les clichés, persuadés que l’argent coule à flots aussi bien chez les pratiquants que les sponsors.

Mais le miracle économique n’est plus qu’un mirage aujourd’hui. Les États-Unis perdent des centaines de pratiquants, et ce n’est guère mieux en France : longtemps stable, le nombre de licenciés semble amorcer une décrue, même si la Président de la FFGolf se montre optimiste (voir son interview en page ….) et la plupart des clubs galèrent pour arriver à l’équilibre. Il y a donc urgence à éclairer une discipline qui rend fous de bonheur ceux qui ont un jour décidé de l’embrasser. Il paraît que les tournois du Grand Chelem restent la meilleure des publicités pour convaincre les plus jeunes de s’y mettre.

Vraiment ?

Qui a eu envie de jouer au golf en regardant l’US Open ou l’US PGA et ses parcours inhumains, capables de détruire les meilleurs swings du monde ? Le British, lui, est une balade merveilleuse pour qui aime les caprices de mère nature.
La Ryder Cup reste inégalable dans le domaine de la promotion. Avec un format de jeu idéal : on peut perdre des balles sans gâcher sa journée, puisque le match-play commande uniquement d’être meilleur (ou moins mauvais) que son adversaire direct.

Le double développe l’esprit de camaraderie, puisqu’on arrête enfin de jouer seulement pour (ou contre) soi-même. L’ambiance, même excessive comme on a pu le voir aux États-Unis, donne envie d’en être. Et l’attitude des champions alors ? Des cris, du défi dans le regard et les gestes, des extrêmes qu’on ne voit jamais le reste de l’année.
Si un jeune golfeur n’a pas envie de devenir Rory McIlroy , Patrick Reed, Phil Mickelson ou José Garcia après leurs matchs du dernier jour de la Ryder Cup, c’est à désespérer.

Fin septembre 2018, l’épreuve aura lieu au Golf National, tout près de Paris. Il faut dès maintenant promouvoir l’événement comme jamais auparavant. Obliger le ministère de l’Éducation nationale à en diffuser les meilleurs moments dans les écoles, ça vaudra toujours mieux qu’une énième partie de volley ou handball dans un gymnase froid et sans âme. Pour que tout le monde ait une chance de comprendre à quel point le golf peut être génial…

Jean-Luc DUCLOS

Top