L’Echo des golfs

GRAND PRIX DE BORDEAUX

Laurent Stipal, le Périgourdin qui marche sur l’eau.

Le Golf Blue Green de Bordeaux Lac portait bien son nom en ce week-end pascal. “Il y avait des lacs partout et beaucoup ne figuraient pas sur la carte du parcours de la Nouvelle Jalle“ constatait, avec un brin d’humour, Bertrand Calatayud, le nouveau Président de l’Association Sportive Locale. Il est vrai que les pluies diluviennes des jours précédents avaient donné un côté floridien au parcours bordelais et avaient amputé d’une journée ce grand prix qui s’est finalement joué sur deux tours (sans cut).

Trente dames et 102 messieurs au départ allaient tenter de succéder au palmarès à Stéphanie Arricau en 1998 (vainqueur de 4 Opens pros), Mickaël Lorenzo-Vera en 2004 (1er du Challenge Tour Européen en 2007, membre du circuit européen), Edouard Dubois en 2005, Benjamin Hébert en 2007 (champion d’Europe 2007, n° 1 amateur français en 2008), Matthieu Pavon, tous membres des circuits européens, sans oublier Émilie Gassiot (Hossegor) vainqueur à trois reprises, Clément Lemaire (Golf Bordelais) et aux lauréats 2017 Mathieu François (Biarritz) chez les Messieurs et Marta Tillo (Bordeaux-Lac) chez les Dames.

À l’orée de cette deuxième et dernière journée, Alexandre Lasalerie, le Biarrot, pensait bien succéder à son ami basque Mathieu François. Avec son 69 réalisé lors du premier tour, il comptait deux coups d’avance sur Laurent Stipal (Périgueux) et Alexandre Decorde (Bordeaux-Lac), trois sur les deux Biarrots Hugo Riboud et Arnaud Rabassa ainsi que sur le sociétaire du golf bordelais Sébastien Moses et 4 sur Clément Lemaire, vainqueur de ce Grand Prix en 2009 et sur Jules Gris (Haut Poitou), Luc Rideau (Royan), Alexis Anghert (St Germain) , Victor Le Gal (Toulouse) “ Lors de la 1ère journée, sous le vent et pluie, j’ai réalisé des “putts d’enfer“ pour scorer en 69. Le second jour, un peu en dedans avec un triple bogey au trou n° 8, je finis en + 4 sur la journée“ nous confiait, Alexandre Lasalerie, un peu déçu d’être « rentré dans le rang ».

En ce lundi pascal, sous un ciel gris, alors que le Biarrot Lasalerie n’est plus dans le coup à mi-parcours, l’antépénultième partie formée de Laurent Stipal (Périgueux), Jules Gris (Haut Poitou) et Luc Rideau (Royan) aborde avec sérénité, le deuxième et ultime tour. Au 1 par 4 en dog-leg, après un drive trop à gauche, Gris sauve le par. Au 6, par 5 de 456 mètres, les 3 joueurs réussissent le birdie. Stipal et Rideau sont – 3 après 7 trous et Gris -1. Au trou n°8, par 3 de 199 mètres, le fer 5 de Luc Rideau se retrouve dans le bunker, sortie moyenne pour bogey assuré. Au 9, le Royannais rate un petit putt pour le birdie. Alors que Stipal le réussit.

Au départ du retour, Luc Rideau (-2) compte un coup de retard sur Stipal et un d’avance sur Gris. Les pronostics vont bon train… Sur ce terrain rendu difficile par la pluie, l’expérimenté Périgourdin de 41 ans Laurent Stipal assure… « Hier, je drivais et chippais bien mais je puttais mal. J’ai atteint 16 greens sur 18 en régulation, mais j’ai pris 35 putts“ nous confiait le “Grand Blond“. Au 11, long par 5 de 444 mètres, Gris réussit le birdie et revient à égalité avec Rideau à qui il prend même un coup d’avance en réussissant le birdie au 13. Au 14, par 4 de 321 mètres, Rideau rate son putt pour le par. Au départ du 15, Stipal et Gris (- 3) sont à égalité alors que Rideau est à -1. Les trois derniers trous ne sont que pure formalité pour le sociétaire du golf de Périgueux, alors que Rideau réussit un birdie au 17, qui le ramène à égalité avec Gris, auteur d’un bogey au 16.

 “Bordeaux Lac est un parcours que j’affectionne particulièrement. Ce fut une victoire difficile car je me retrouvais face à deux adversaires coriaces. » soulignait ce golfeur – PDG de 41 ans qui joue au golf depuis sa plus tendre enfance et que Nicolas Joakimidès a « repris en main » depuis dix ans. « Il s’agit de ma première grande victoire » ajoutait Laurent Stipal, qui sponsorise Matthieu Pavon avec sa marque IMEPSA (moules et moulages plastiques) et qui souhaite que l’équipe de Périgueux, actuellement en troisième division rejoigne la seconde lors du championnat par équipes qui se déroulera à Saintes. « Nous avons de nombreux jeunes talentueux bien entraînés par Edwin Thomann, et nous aimerions bien suivre l’exemple d’Angoulême qui a rejoint la première division » confiait Laurent Stipal qui vit entre Suède et France durant l’année.
 
Chez les Dames, Lucie Grande (Palmola) a dominé largement les trente participantes en l’emportant avec 5 coups d’avance sur Charlotte Guilleux (Cannes-Mougins) et 7 sur son amie Jordane Marquez, également de Palmola.

CLASSEMENT

Messieurs

1 Laurent STIPAL (Périgueux) 141 (70, 71)
2 Jules GRIS (Haut Poitou) 142 (72, 70)
3 Luc RIDEAU (Royan) 142 (72, 70)
4. Loïc FOSSE (Hossegor) 143 (73, 70)
5. Pierre RABASSA (Arcachon) 143 (73, 70)

Dames

1. Lucie GRANDE (Palmola) 147 (70, 77)
2. Charlotte GUILLEUX (Cannes-Mougins) 152 (74, 78)
3 Jordane MARQUEZ (Palmola) 154 (79, 75)
4. Aurélia DUHART (Chantaco) 157 (79, 78)
5. Florine GAILLAC (Palmola) 158 (79, 79)

Top