L’écho des fairways

Grand Prix schweppes PGA France

D’un coup de putter parfait, la balle rentre dans le trou, déclenchant les applaudissements chaleureux du public.

La victoire d’Edouard España

La rumeur s’est vite emparée de tous les aficionados dispersés en début de journée sur les différentes parties et s’est agglutinée autour d’Edouard España au rythme des birdies de ce dernier. Dans un silence plein de tension, sur le green du 18, les spectateurs observent le Bordelais tenter de sauver le par sur le dernier green, après un long putt pour birdie échoué à un mètre du trou.

Edouard Espana s’aligne, puis recule, comme pris d’un doute sur la justesse de la ligne choisie car ce putt est celui - il l’apprendra 30 minutes plus tard - de la victoire. D’un coup de putter parfait, la balle rentre dans le trou, déclenchant les applaudissements chaleureux du public. Ce par au 18 vient couronner une journée idéale, marquée par six birdies et surtout aucune faute. Avec un total de -11 sur les quatre tours, l’élève d’Olivier Léglise prend la tête au club- house, alors que Xavier Poncelet et Jean-Baptiste Gonnet, dans la dernière partie, pointent respectivement à -10 et -9 à deux trous de la fin. Espana part alors s’isoler au practice taper quelques balles dans l’éventualité d’un play-off...

Superbe dernier tour du bordelais Edouard España qui coiffe tous ses adversaires sur le fil avec une carte de 65 pour gagner le Grand Prix Schweppes PGA France avec un coup d’avance sur Xavier Poncelet et deux sur Jean-Baptiste Gonnet.

Quelques minutes plus tard, la tentative de birdie de Poncelet au 18 manque le trou d’un rien. Malgré cinq coups de retard au départ, c’est bien Espana qui s’impose, grâce à ce come-back presque inespéré. « Je reviens de loin quand même ! » lâche t-il, ravi. « Quand on a autant de retard avant le dernier tour on sait qu’on doit tout faire pour revenir, mais cela n’a rien d’évident. Mais j’ai donné le meilleur de moi- même aujourd’hui, j’ai super bien joué, et cela m’a permis de gagner » Espana succède au palmarès à François Calmels, et inscrit son nom sur la coupe André Vagliano, qui porte déjà celui de son entraîneur Olivier Léglise (1986).

Edouard Espana - Grand Prix schweppes PGA France

Poncelet et Gonnet déçus

Respectivement deuxième à -10 et troisième à -9, Xavier Poncelet et Jean- Baptiste Gonnet sont déçus, forcément, en regardant leur adversaire recevoir le trophée. Auteur de quatre birdies sur les huit premiers trous pour prendre les commandes du tournoi, Poncelet a cédé en fin de journée après ses bogeys au 9, 11 et 13. Privé d’une victoire tant espérée par ses supporters du golf du Médoc, il préfère retenir les aspects positifs de sa très belle semaine : « Il y a une pression particulière car je ne suis pas habitué à jouer en dernière partie sur un tel tournoi, confie-t-il. C’est un stress différent à gérer que sur les tournois du ALPS Tour. Mais jouer à domicile est un avantage. Le parcours est compliqué, les greens sont très fermes. ». Même son de cloche du côté de Gonnet, pénalisé lors de ce dernier tour par un quadruple bogey au 8 : « C’est dur de finir comme ça, mais si on m’avait dit en début de semaine que je jouerai la gagne et finirai troisième, j’aurais signé. Je suis hyper déçu évidemment, mais ça fait du bien de sentir que le jeu revient, de voir que je joue bien sur un tournoi relevé. C’est une bonne expérience pour la suite ».

Jean-Baptiste Gonnet - Grand Prix Schweppes PGA France

Xavier Poncelet - Grand Prix Schweppes PGA France

Ricordeau conserve son trophée chez les dames

Avec seulement six filles en lice lors des deux derniers tours, et une dernière partie féminine programmée une heure et demie avant les leaders chez les messieurs, le tournoi féminin s’est terminé bien avant son pendant masculin. Et avec nettement moins de suspense. Grâce à une carte de 70 (-1), Marion Ricordeau a résisté à Jade Schaeffer, qui a signé quant à elle un score de 71 (par). « Je me suis bien battue aujourd’hui. C’était dur en début de partie, je ne jouais pas si mal mais Jade jouait bien elle aussi. Au final 
j’ai fait un peu moins
 d’erreurs qu’elle, j’ai
 rentré quelques putts,
c’est ce qui a fait la 
différence. J’ai encore 
pris beaucoup de plaisir
 à jouer ce parcours,
et j’ai hâte de revenir
 l’an prochain. » a-t-elle 
déclaré tout sourire. À 
28 ans Ricordeau réalise donc le doublé dans l’épreuve. De bon augure pour la suite de sa saison, dont l’objectif principal est le passage des cartes d’accès au LPGA Tour en fin d’année.

Marion Ricordeau - Grand prix Schweppes PGA France

Le trou 10, trou
 à albatros pour Poncelet et à Eagle pour Bourdy

Un exploit réalisé par Xavier Poncelet lors du premier tour sur le trou numéro 10, par 5 de 470 m grâce à un second coup avec un fer 3 qui allait finir sa course directement dans le trou. Le lendemain, Grégory Bourdy réussissait l’eagle : drive, fer 4 et putt d’un mètre... « Je me suis fait plaisir, lâche-t-il. Ça fait du bien de rendre une carte de -7 lors de l’avant dernier tour, ça laisse une chance de décrocher la gagne ou une place d’honneur. J’ai toujours à coeur de bien faire ici. »

Top