Destinations golfiques

Golf & Tourisme en république Dominicaine.

Avec 26 golfs sur 48.000 km2, la république Dominicaine à onze heures de vol de Paris (des billets à partir de 900 €) vous séduira et vous proposera un dépaysement total dans un pays de 10 millions d’âmes, et dont l’économie est essentiellement tournée vers le tourisme (65% du PIB).

Par rapport à Porto Rico, la république Dominicaine n’est pas encore totalement tournée vers le golf.
Ceci dit, en une semaine, à moins d’être un stakhanoviste ou de courir un marathon de golf, vous n’aurez pas le temps de jouer tous les parcours de l’île, surtout qu’il y a plein d’autres choses à découvrir, notamment la fabrication des cigares…

Ce qui est bien sûr extrêmement plaisant avec le golf dans cette région du monde, c’est que les architectes ont pleinement tiré parti de la nature des lieux. Tous les parcours sont situés en bord de mer et c’est peut-être un des rares endroits au monde où vous avez envie de taper votre coup de fer pour arriver sur le green, et passer par la case baignade dans les eaux turquoises, avant de rentrer votre putt !

Ceci étant, le caractère luxueux du golf en République Dominicaine tranche avec la pauvreté qui caractérise aussi cette île coupée en deux avec Haïti. La communauté haïtienne est bien entendu l’immigration la plus importante du pays (500 à 700 000 personnes), et loge souvent près des champs de canne à sucre.

De prestigieux architectes ont donné leurs noms à la construction des différents parcours, surtout construits pour attirer une clientèle américaine.

Pete Dye, Jack Nicklaus, Tom Fazio et même Nick Price ont dessiné des parcours sur cette île et l’office du tourisme n’hésite pas à s’attribuer le titre de capitale du golf dans cette région du monde !

Il faut quand même remarquer que l’offre a été imaginée pour le client américain qui veut payer en avance une chambre, ses parcours, mais aussi sa bière et le mini-bar dans une seule offre all-inclusive. Bref dans ce type de vacances golf, tout est inclus, afin que sur place vous n’ayez pas trop à compter…c’est sans doute le but et seule la voiturette de golf pourra être un extra !

Une formule intéressante est à relever : Celle du Hard Rock Hôte l et Casino qui vous propose la voiturette, l’accès au practice, boisson et nourriture à volonté au club-house comme sur le parcours…, pour la modique somme de 200 dollars la journée !

En effet, les prix des green-fees sont au "tarif américain", et indexés sur le niveau de vie des golfeurs US et le prix des green-fees peut facilement monter à 325 dollars (Playa Grande) sans compter la voiturette ! Pour ce type de prix, vous pouvez vraiment réclamer vos boissons sur le parcours !

L’expérience Punta Cana

Si vous prévoyez de tenter l’expérience, vous pouvez réellement vous faire deux opinions à propos de Punta Cana, la pointe située à l’Est de l’île.

Au nord-est de l’Aéroport dont il faut préciser qu’il est le plus grand aéroport international privé au monde, vous trouverez essentiellement des resorts “all-inclusive“ construits pour accueillir les touristes en masse. Il faut dire que chaque année, plus de deux millions de vacanciers arrivent en République Dominicaine, soit 20% de la population totale.

Dans cette partie de l’île, vous trouvez donc naturellement des casinos, des grandes plages, et quelques golfs.

Maintenant si vous le pouvez financièrement, prenez la direction inverse, au sud de l’aéroport et vous trouverez des parcours de golf qui arrivent à cumuler beauté des lieux et tourisme, sans trop dénaturer l’origine des lieux.

Des 26 parcours de l’île, Teeth of the Dog est celui qui est le plus souvent cité en premier par les golf-trotters !

Il y a quarante ans que Pete Dye, l’architecte américain a introduit le golf en République Dominicaine de façon spectaculaire, avec son fameux “Teeth of the Dog“ à Casa de Campo, au nom aussi mémorable que le parcours lui-même. Ce fut un tel succès que Dye et son fils ont décroché de nombreux autres contrats dans le pays.

Il y a quatre ans, l’hôtel de Casa de Campo a été rénové pour un montant de 40 millions de dollars. Dans le même temps, Pete Dye a ajouté une troisième boucle baptisée Lakes au parcours Dye Fore, sur un terrain inoccupé entre les deux autres, approchant ainsi le jeu du club-house. Avec désormais 27 trous, ce tracé a quasiment doublé sa capacité d’accueil. Enfin, le links de Casa de Campo, créé cinq ans seulement après le Teeth of the Dog, mais toujours resté dans l’ombre de ce dernier, vient d’être complètement rénové.

C’est avec ce parcours des Dents du Chien“ que la république Dominicaine a fait son apparition sur la carte du golf mondial. Deux neuf trous s’étendent de part et d’autre du club-house. Il y a peu d’arbres et de rough, mais le vent qui souffle de l’océan - sept trous longent directement l’Océan Atlantique - corse la difficulté, surtout lorsqu’il s’agit d’attraper les greens surélevés. Le trou signature est le16, un par 3 de 194 yards qui se joue au-dessus d’une crique dont la forme évoque une mâchoire, l’écume des vagues figurant la bave aux babines du chien ! Les panoramas sont fantastiques, et si le vent complique les choses, c’est malgré tout un golf qu’il faut absolument jouer !,

Du point de vue des bonnes opérations, la meilleure période est d’octobre à mai où certains resorts comme par exemple le Barcelo Bavaro Beach Resort, vous propose deux green-fees par jour pour une nuit d’hôtel, alors qu’en haute-saison, c’est un green-fee par nuitée.

Au cours de la dernière décennie, deux autres parcours ont été ouverts : Punta Espada, et Corales qui ont eux-aussi le mérite d’être des parcours de bord de mer. Ils sont considérés comme faisant parti des meilleurs parcours des Caraïbes.

Punta Espada, pour longs frappeurs…

Punta Espada a été dessiné par Jack Nicklaus et ouvert en 2006. De tous les architectes modernes, Jack Nicklaus est sans doute celui qui a le plus voyagé, mais il n’a pas dû contempler beaucoup de paysages plus stupéfiants que celui-ci, avec ses interminables petites falaises qui bordent l’océan. Le tracé utilise justement l’océan, à l’exemple du 13, un par 3 remarquable autant visuellement que golfiquement. Le sentiment d’être seul sur le parcours prédomine, et les conditions générales dépassent tout ce que vous pouvez imaginer. C’est un parcours pour “big boy “ ! Par 72 de 6762 mètres…pas sûr que ce soit le meilleur endroit pour initier Madame ou Monsieur pour une première fois…

A titre d’exemple, le trou numéro 2 fait 511 mètres de long ! Si on dit que la distance est une des difficultés au golf, vous serez servi.
Pas étonnant que ce soit ce parcours qui ait accueilli une épreuve du circuit senior de la PGA, le “Champions tour “de 2008 à 2010.

Coralès, plus accessible…

Non loin de l’aéroport, vous avez un autre très grand complexe golfique, le Punta Cana Resort & Club qui a ouvert à la fin des années 60.
Ce complexe accueille d’ailleurs un nouveau parcours, le Corales dessiné par Tom Fazio en 2010.
Corales est aussi beau que Punta Espada, mais est tout de même beaucoup plus accessible golfiquement parlant.
Comme souvent avec Fazio (pour la clientèle américaine), les fairways sont très larges et pardonnent facilement un coup en slice ou en hook, pour donner une chance aux joueurs classés autour de 15 afin qu’ils tirent leur épingle du jeu, malgré le vent.

Sur ce parcours, vous avez six trous avec l’eau en ligne d’horizon derrière le green, et notamment le 18, un par 4 de 458 mètres. Pour atteindre le green en régulation, il faut attaquer !
Comme beaucoup de golfs pensés pour des américains, vous aurez beaucoup de tees de départs, et le principe de risque récompensé pour les plus téméraires à l’attaque des drapeaux.

Punta Cana dispose d’un autre parcours, le 27 trous du La Cana Golf Club. Là-encore, beaucoup de trous se jouent le long de la mer, mais il est un peu moins pittoresque que les précédents golfs cités dans cet article.

En conclusion, le touriste français n’est pas bien entendu la première cible commerciale de tous les resorts de l’île. Avec les tarifs présentés plus haut, la République Dominicaine n’apparaît pas comme étant la destination la moins chère. Néanmoins, des agences françaises spécialisées dans le voyage de golf la proposent dans leurs catalogues qui proposent quelques destinations comme le Barcelo Bavaro Beach ou Tortuga Bay qui sont situés sur une des plus belles plages de Punta Cana. Tortuga Bay permet justement de jouer sur Punta Espada et Los Corales. En plus du golf, vous pourrez vous adonner à d’autres activités plus ou moins reposantes comme la pêche, l’équitation, le kite-surf et l’éco stand-up paddle. Des vélos sont même à votre disposition !

Rappelons qu’en 2016, près de 250 000 français se sont rendus en République Dominicaine, et bien entendu, le plus souvent au mois de juillet. Selon les chiffres de l’office du Tourisme, en juillet 2016, 150 000 français ont séjourné sur l’île.

Jean-Luc DUCLOS

Top