Les joueurs

Technique

Un chipping précis pour un pitch and run efficace.

Ce qui frappe dans le petit jeu des professionnels ou des joueurs amateurs avec un index à 1 chiffre, c’est que tout ce qu’ils font sur un parcours semble facile.
Quand Jordan Spieth fait un coup chipé aux abords du green, il ne cherche pas à approcher la balle du trou, mais à la mettre dedans.
Le pitch and run est l’un des coups les plus faciles à apprendre. Pour le réussir, comme nous le verrons avec François Soulas, enseignant au golf de Villenave d’Ornon, il faut de la technique et du toucher mais aussi de la confiance en soi et un peu d’imagination…

Le pitch and run est un type d’approches au golf. Il fait partie de l’éventail des coups qui permet d’améliorer le scrambling (pourcentage de par réussi lorsque le green n’est pas atteint en régulation). C’est un coup assez classique qu’il faut utiliser lorsque la situation est propice. Pour être très précis, le pitch and run, c’est :
– une balle qui vole à peu près autant qu’elle ne roule
– un coup à jouer lorsqu’il y a environ autant de green que d’avant green.
Pour la mise en place pratique de cet exercice, nous avons choisi le trou n° 9 du nouveau golf de Villenave d’Ornon.
François Soulas s’est positionné à 15 mètres de l’entrée du green et à 30 mètres du trou, soit une distance totale de 30 mètres à exécuter en pitch and run.
Pour exécuter ce coup, il a choisi un Pitching wedge d’une ouverture de 48°.
« Le coup de golf que je vais exécuter nécessite : un club plutôt ouvert (ici Pitching Wedge), un angle d’attaque plutôt tangentielle avec une vitesse constante. »

Comment exécuter un pitch and run ?

« Au niveau de la position à l’adresse, en orientant la face de club là où on veut que la balle parte, on fait tout en plus plus petit :
on grippe le club plus court pour avoir un meilleur contrôle
on rapproche les pieds
on met la balle légèrement sur le pied droit et les mains légèrement en avant. (photo 2)
le pied gauche supporte un peu plus de poids que le droit, mais sans exagération.

Ces positions favorisent un angle d’attaque tangentielle/descendant et une frappe bien nette nécessaire à la réussite du coup. »

Au niveau de l’exécution du coup, le takeaway est d’un seul tenant, essentiel au petit jeu. La tête est droite, positionnée au-dessus de la balle. Tout part des hanches, le corps gère et les bras suivent. La longueur du backswing détermine celle du coup. Pour ce pitch and run de 30 mètres, François Soulas exécute une montée fluide jusqu’à ce que le club soit parallèle au terrain, soit à la hauteur des hanches pour ce coup à exécuter (Photo 3) .
Au downswing, François veille à ce que ses mains restent en avant de la tête du club afin d’assurer un contact balle-terre (Photo 4). Au finish, le club arrive approximativement à la même hauteur qu’au backswing (Photos 5 et 6).

« Concernant le dosage, il dépendra de la bonne vitesse de club donc de la bonne prise d’élan. Il ne faut jamais décélérer, une règle qui s’applique à tous les coups de golf. Au contraire, il faut créer une accélération progressive. » ajoute François.

Conclusion

« Stratégiquement, il faut bien imaginer le point de chute sur le green et laisser la balle rouler. Le pitch and run est un coup performant et facile à réaliser, qu’il faut privilégier dès que la situation le permet. » conclut François Soulas.

Exercice avec shift ou baguette

Pour réaliser cette exercice, il vous faudra enfoncer une baguette dans votre shaft par le petit trou de votre grip ou bien la tenir au niveau de votre prise de grip.
Le principe sera ensuite d’exécuter un coup d’une distance modérée.
Lors de l’exécution du geste deux cas peuvent se présenter :
La baguette me touche au moment de l’impact, ce qui traduit une mauvaise coordination et une action trop importante des bras
La baguette ne me touche pas au moment de l’impact, ce qui traduit une bonne coordination, c’est à dire que les hanches tournent face à la cible plus rapidement que le buste et que les bras
Ce travail vous permet de travailler votre coordination en sachant vous même si vous avez réussi ou non l’exercice (la baguette ne me touche pas -> réussi / la baguette me touche -> pas réussi) (Photos exercices 1, 2, 3, 4, 5)

COORDINATION MOTRICE :

C’est la capacité à réaliser un mouvement précis et intentionnel avec vitesse (rapidité d’exécution), efficacité (le but est atteint) et fiabilité (je reproduis le geste plusieurs fois) grâce à l’action conjuguée du système nerveux central et de la musculature squelettique.

Pour le golf, la coordination est le point le plus important car le plus délicat à mettre en place. Pour bien se faire la coordination doit être la suivante (mouvement des parties du corps et ordre de passage)
Elan : Jambes (y compris le bassin)/Buste/Bras
Retour : Jambes/Buste/Bras
La baguette vous permet de vous obliger à bouger vos jambes (hanches) avant le buste et les bras. En ayant une gêne (la baguette) votre système nerveux et obligé d’envoyer de nouvelles informations à différents muscles pour palier ce problème. Ce qui vous amènent à acquérir une meilleure coordination.

Avec nos remerciements à François Soulas, enseignant au golf U Golf de Villenave d’Ornon.

Selon des statistiques, un joueur qui a un index autour de 30 et qui se retrouve à 30 mètres du trou, mettra 3,5 coups pour rentrer sa balle avec une dispersion de 10,2 mètres. En moyenne, ce même joueur se mettra six fois dans cette situation sur 18 trous.
Pour un joueur scratch, ces mêmes statistiques montrent qu’à 30 mètres du trou, il devra jouer 2,6 coups pour enquiller le trou avec une dispersion de 4,4 mètres. En moyenne, ce même joueur se mettra deux fois dans cette situation sur 18 trous.
Top