Les joueurs

MATHIEU PAVON SUR LE CHALLENGE TOUR

Porté par une nouvelle génération, avec Dubuisson en fer de lance, le golf français s’est décomplexé. Une victoire en Majeur permettrait de franchir un nouveau cap.

Parti de très loin, il y a dix ans, le golf tricolore fait, année après année, son trou dans l’élite mondiale. Avec un leader, Victor Dubuisson, 25 ans. 33e mondial fin 2015. Sa victoire au Turkish Airlines Open en fin d’année a réhaussé un bilan 2015 jusqu’à alors en demi-teinte. Avec cette fin de saison menée tambour battant, le numéro un français a validé son ticket pour le prochain Masters et se positionne d’ores et déjà pour intégrer l’équipe européenne de Ryder Cup qui affrontera les États-Unis fin septembre 2016 à Hazeltine (Minnesota).

S’il faudra compter sur Dubuisson en 2016, le golf français peut aussi s’appuyer sur les Alexander Levy (25 ans), Gary Stal (23) ou encore Romain Wattel (24). Une nouvelle génération bleue pleine d’ambitions et de promesses.


Le Bordelais Matthieu Pavon, passé professionnel fin 2013, n’aura attendu que 5 mois avant de décrocher sa première victoire lors de l’Open de Rebetz sur l’Alps Tour 2014. Son objectif de début de saison était d’accrocher le Top 20, il finira finalement 8ème en 2014. Logiquement, il abordait la saison 2015 avec l’ambition de terminer dans le Top 5 pour accéder directement au Challenge Tour. Il va terminer 6ème, 4,30 derrière le néerlandais Van Der Vaart, vainqueur de la dernière épreuve en Israël disputée sur seulement 2 tours en raison de tempêtes de sable.

Matthieu va rebondir lors de la finale des cartes européennes PQ3 jouées sur le PGA Catalunya un mois plus tard et obtenir le sésame qu’il convoitait en début d’année sous les yeux de son coach Benoit Ducoulombier.
En effet, depuis août 2014, ce dernier, entraîneur fédéral, entraine Matthieu Pavon. “Les basiques et fondamentaux : grip, posture, alignement sont primordiaux aux yeux de Benoît et on travaille énormément là-dessus. Il me rassure aussi énormément en me disant que j’ai le niveau pour jouer sur le Tour européen.“

Avant de reprendre la compétition sur le Challenge Tour en mars au Kenya, Matthieu s’entraîne au golf du Médoc ou au Maroc, météo aidant où il retrouve son coach Benoit Ducoulombier et ses partenaires médocains Julien Quesne ou Grégory Havret. “Mes objectifs vont être de sécuriser ma carte sur le Challenge Tour puis essayer de me qualifier pour les phases finales à Oman en visant le top 45.“
Matthieu peut raisonnablement penser participer au Tour Européen dans deux ans et souhaiterait se faire un nom dans la planète golf professionnelle à l’instar d’un Dubuisson, d’un Lévy ou d’un Stal mais il lui reste encore des obstacles à franchir…

Après plus de douze ans de pratique, Matthieu est un joueur prometteur. Lorsque j’évoque avec lui les victoires de Dubuisson, Lévy, Stal ou Quesne sur le circuit européen, il est admiratif “ leur exemple doit booster la nouvelle génération des golfeurs français qui ne font plus de complexes face aux américains, britanniques ou autres…“ Avant de reprendre son drive sur le trou 1 des Châteaux du golf du Médoc, Il évoque aussi, en jeune professionnel averti, l’investissement que requiert une saison sur le Challenge Tour. “Elle coûte en moyenne 35 000 euros, détaille Matthieu. Heureusement que j’ai quelques partenaires qui financent ma saison“ Matthieu sait tout le privilège qu’il a. “Je n’ai qu’à me soucier de mon jeu et de la gestion des parcours que je joue.“
Outre Benoit Ducoulombier, Matthieu est entouré d’un préparateur mental, le Docteur Magdeleine, d’un préparateur physique, Mario Poularas qui est également celui de l’équipe des Boxers de Bordeaux et de Michel Bogez qui dirige une salle de sports où Matthieu s’adonne à des séances de gainage.

Jean-Luc DUCLOS
Top